Parc naturel régional d'Armorique

Vous êtes dans : Accueil > Accès directs > Actualités > Prairies fleuries : les prix du concours 2018

Prairies fleuries : les prix du concours 2018

La 5ème édition du concours des Pratiques Agro-Écologiques (anciennement Concours des prairies fleuries) s'est déroulé en mai dernier. Organisé dans le Finistère par le Parc d’Armorique, le Syndicat de Bassin de l’Elorn, le Syndicat Mixte pour la gestion des cours d’eau du Trégor et du Pays de Morlaix et la Chambre d’agriculture du Finistère, ce concours a pour but de valoriser les pratiques agricoles conciliant les intérêts écologiques et économiques des prairies. Les prix du concours ont été décernés lors de la Foire à l'ancienne de Commana le 22 septembre. Philippe Arnaud à Hanvec et Sébastien Péron à Commana remportent le concours 2018, dans les catégories "fauche" et "fauche te pâturage".

Lauréats et participants de l’édition 2018

Catégorie «fauche exclusive»

1ER PRIX

Philippe ARNAUD à Hanvec

> Elevage bovin allaitant
Conduite en Agriculture biologique, la prairie moyennement humide à sèche (mésophile) inscrite au concours a surpris le jury par sa biodiversité. Sa valorisation s’inscrit dans une démarche globale d’extensification réfléchie sur un foncier morcelé : race rustique, production en Agriculture Biologique, vente directe, système tout herbe où cette parcelle contribue significativement à l’alimentation hivernale de bovin Salers. Sans intrant, la production est certes limitée sur ce type de parcelle, mais il en résulte une biodiversité aujourd’hui remarquable, compte tenu de la raréfaction de ces prairies maigres non humides.

PRIX SPÉCIAL DU JURY «Démarche éco-pastorale»

Association de Langazel à Trémaouezan

> Elevage bovin allaitant
La démarche agro environnementale de l’Association de Langazel avec des pratiques de fauche et pâturage extensif sur des prairies tourbeuses maintenues ainsi à très haute valeur écologique est exemplaire, fruit d’un savoir-faire réunissant naturalistes et agriculteurs de l’Association. Dans un contexte micro économique toutefois particulier, le jury propose ici un prix spécial.

 

Paul et Yvette HERRY

EARL de Bodrezal à Hanvec

> Elevage laitier
Paul et Yvette participent pour la deuxième fois au concours. Après un premier prix en 2016 en catégorie « pâturage », ils présentent cette année une prairie humide en fauche exclusive, dont l’étendue et la situation confirment une fonction écologique épuratrice certaine.

 

 

 

Catégorie «fauche et secondairement pâturage»

1ER PRIX

Sébastien PERON à Commana

> Elevage bovin allaitant
Ici, les pratiques de fauche suivie d’un pâturage estival revêtent une attention particulière : la fauche vise à réduire l’expansion du jonc diffus et les produits sont triés selon la qualité du fourrage pour des usages différentiés. Le pâturage est adapté pour éviter le sur-piétinement : pâturage tournant, retrait en cas de pluies, complémentation des veaux de race Blonde d’Aquitaine.... Et la biodiversité est au rendez-vous.

 

 

PRIX SPÉCIAL DU JURY «Cohérence et technicité»

Isabelle et Pascal BEUZIT, EARL de Kerbabu à Plouigneau

> Elevage laitier
La démarche agro-systémique développée par Isabelle et Pascal est remarquable : la valorisation de l’herbe sous toutes ses formes est réfléchie et maîtrisée. Les prairies naturelles y occupent une place significative :
complémentarité, optimisation des herbages, réduction d’intrants sont les maîtres mots de cette transition engagée récemment. Au vu de ces nouvelles pratiques, nul doute qu’un équilibre agro écologique va s’instaurer sur les deux parcelles visitées. Aujourd’hui, le jury propose de décerner un prix spécial.
NB : L’EARL de Kerbabu a présenté aussi une prairie dans la catégorie fauche exclusive.

 

Stéphane Hirrien à Garlan

> Elevage laitier
Basée sur un système herbager « ray-grass-trèfle blanc » bien rodé, l’exploitation de Stéphane n’exclut pas quelques prairies naturelles humides, notamment celle inscrite au concours. Située sur un secteur excentré de l’exploitation (à Plougonven), elle participe à l’alimentation des génisses normandes tout en permettant l’expression d’un cortège floristique caractéristique de ces milieux.

 

Laurent Abily, GAEC de Kergavarec à Guipavas

> Elevage laitier

Curieux et ouverts sur l’innovation dans tous les domaines, soucieux de contribuer aux défis environnementaux de l’agriculture, les associés du GAEC de Kergavarec inscrivent leur participation au concours dans une démarche d’interrogation et de progrès sur l’optimisation agro écologique de leurs prairies humides.

 

 

 

 

 

 

 

En attendant la remise des prix et pour en savoir plus, vous pouvez revoir le reportage de France 3 consacré au concours.

eZ publish © Inovagora