Vous êtes dans : Accueil > Découvrir > Le patrimoine naturel > Milieux remarquables > Rochers et pelouses des monts d'Arrée

Rochers et pelouses des monts d'Arrée

Les reliefs exposés des monts d'Arrée et du Menez Hom ont tout de «petites montagnes», par l'existence de sols très maigres, très pauvres et par les conditions climatiques rigoureuses. Dans ce contexte contraignant se développent des groupements «pionniers» de pelouses parfois favorisés par le piétinement des hommes... et l'abroutissement des lapins !

Ces groupements végétaux se retrouvent principalement sur les affleurements rocheux exposés, sur les sommets arrondis et sur les pierriers (notamment ceux issus de l'exploitation des schistes ardoisiers).

Ils sont composés d’espèces vivaces et annuelles. A leur plein développement, au printemps, elles ne dépassent guère une dizaine de centimètres de hauteur. On y trouve un mélange de graminées (fétuque capillaire, canche précoce...), de plantes grasses (orpin des anglais, nombril de Vénus...), de plantes supérieures (silène maritime, jasione des montagnes ...), de mousses et de lichens.

Entre ces pelouses rases et la lande sèche apparaissent souvent des plages de graminées plus élevées, soulignant visuellement les flancs des affleurements rocheux ; il s'agit d'une forme toute particulière des «pelouses à nard» que l'on trouve fréquemment en moyenne montagne (Vosges, Jura, Massif Central). 

Certains rochers se situent en contexte forestier. L’humidité y est très importante et permanente. Sur ces rochers se développent des mousses et des fougères typiques du climat océanique. Nombre de ces espèces ne sont présentes en France que dans le Finistère (Dryoptéris à odeur de foin, Hymenophyllum tunbrigense, Trichomanès remarquable). Elles sont communes dans l’archipel des Açores connu pour son climat tempéré et pour le moins humide.

Retour

eZ publish © Inovagora