Restauration des tourbières et landes humides d’Argol : 2500 résineux retirés par câble-mât

Le Parc d’Armorique mène des actions de restauration des landes et tourbières dans le cadre du programme Life Landes. Plusieurs chantiers sont en cours, comme à Argol en Presqu’île de Crozon où 2500 résineux vont être retirés par une technique habituellement utilisée en montagne.

Le territoire du Parc abrite plus de 10 000 hectares de landes et tourbières, des espaces semi-naturels particulièrement menacés par les boisements artificiels de résineux (massifs dans les années 1970 et souvent associés à un drainage des sols) et par la déprise agricole (liée à l’abandon de pratiques traditionnelles comme la fauche et le pâturage extensif).

Les landes et tourbières rendent pourtant un grand nombre de services :

  • stockage de l’eau et du carbone : une tourbière en bon état peut stocker jusqu’à 5 fois plus carbone qu’une forêt de feuillus ;
  • refuge pour des espèces animales et végétales remarquables : les tourbières d’Armorique abritent 95% des effectifs nationaux de la sphaigne de la Pylaie, une mousse caractéristique des milieux tourbeux ;
  • source de revenus pour les agriculteurs : vaches et moutons peuvent y pâturer et la fauche des landes fournit la litière pour les animaux ;
  • pare-feu naturels contre les incendies : bien entretenues et libérées des résineux, les landes permettent de ralentir la propagation des feux.

Restaurer 200 hectares de tourbières et de landes d’ici 2026

Le Parc travaille à la préservation et la restauration des landes et tourbières depuis plus de 20 ans en tant qu’opérateur des sites Natura 2000 des Monts d’Arrée, de Menez Meur et du Menez Hom.

Depuis 2021, les actions sont renforcées grâce au soutien de l’Europe dans le cadre du programme Life Landes que porte le Parc, en partenariat avec l’association Bretagne Vivante et le Département du Finistère.

Plusieurs chantiers, prévus de longue date dans le cadre du Life Landes, sont en cours sur le territoire. Il s’agit d’opérations de gyrobroyage visant à “rouvrir” des parcelles de landes appartenant à des agriculteurs qui y pratiqueront la fauche et le pâturage (chantiers de Commana et de Loqueffret) et de coupes de résineux visant à restaurer le fonctionnement de l’écosystème et permettre le retour de la faune et la flore caractéristiques de ces milieux (chantier de Plougonven).

Lumière sur le chantier mené sur les tourbières et landes humides d’Argol

Un nouveau chantier a débuté cette semaine sur des tourbières et landes humides situées et appartenant à la commune d’Argol. Mené par le Parc d’Armorique, celui-ci vise à retirer 2500 résineux (2000 “brins” ou petits arbres et 500 arbres) identifiés au préalable par l’Office national des forêts (ONF) qui assure l’appui technique.

Répartis sur 10 hectares, les arbres qui ne présentent plus de valeur économique et empêchent landes et tourbières de fonctionner (fermeture progressive du milieu et homogénéisation des habitats), sont coupés puis tirés par câble-mât. Cette technique, habituellement utilisée en montagne sur des secteurs difficiles d’accès, a été retenue pour ne pas impacter le sol et la tourbière.

Ce travail pour “désenrésiner” le site permettra à la flore de s’exprimer (narthécie, sphaignes, bruyères, etc.), à des espèces animales de recoloniser les lieux (busards, campagnols amphibies, vipères, loutres, etc.) et à l’écosystème dans son ensemble de retrouver ses fonctionnalités (stockage et épuration de l’eau, séquestration du carbone, etc.).

Des suivis scientifiques ont eu lieu en juin et auront lieu à nouveau dans deux à trois ans pour évaluer la dynamique floristique du site après travaux.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×