Rade de Brest

Brest domine une rade de 180 km², aux côtes très découpées (350 kilomètres de linéaires au total) et aux paysages uniques. Cet immense plan d’eau est relié à la mer d’Iroise et à l’océan Atlantique par un passage étroit de 1,8 kilomètre nommé le goulet.

Cette rade naturelle, l’une des plus grandes d’Europe, est aussi l’une des portes d’entrée maritime vers les territoires ruraux du Parc naturel régional d’Armorique.

La rade, abritée des tempêtes, est navigable toute l’année. Elle est ainsi idéale pour la pratique des activités nautiques. En bateau, kayak, kite-surf, stand-up paddle : chacun peut y trouver son compte ! L’occasion de découvrir ce formidable territoire en sortant des sentiers battus. La rade offre aussi de nombreux spots aux difficultés variées pour plongeurs de tout niveau.

Elle abrite également des habitats marins remarquables et sensibles. Toute sa partie Sud, de l’estuaire de l’Aulne à l’anse du Poulmic, est classée site protégé Natura 2000.

L’activité conchylicole, autrefois très présente, revient peu à peu dans la rade. L’ostréiculture, avec ses parcs à huitres plates et huitres creuses, est la principale activité avec la palourde et la moule.

Les amateurs de pêche à pied y trouvent aussi leur bonheur : bigorneaux, huitres sauvages, couteaux, palourdes… Le choix est large ! Si l’activité est accessible, il faut toutefois respecter les tailles réglementaires et veiller à bien replacer cailloux et rochers pour atténuer l’impact de ce loisir sur ces milieux naturels à préserver. N’oubliez pas également de vérifier la qualité sanitaire des lieux où vous allez pêcher.

Maërl : une petite algue fragile

Le maërl est une petite algue calcaire, dont seule la partie superficielle de couleur rose est vivante. Le reste est entièrement calcifié. Ces algues se sont accumulées pour former de larges bancs. Elles servent d’abris à de petits invertébrés marins. Ces niches écologiques sont un lieu privilégié pour l’alimentation des coquilles Saint-Jacques, les pontes des sèches et des ormeaux ou encore pour le broutage de poissons. Les bancs bretons, dont celui de la rade de Brest, sont vraisemblablement les plus grands de la façade atlantique européenne. La croissance très lente du maërl rend cet habitat très fragile. Il est donc protégé et surveillé.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×